Messe avec la Création

Dimanche 15 septembre 2019- Valenciennes-St Géry Clôture de la Neuvaine du St Cordon

           Chant d’ouverture            R/ Alléluia, alléluia  (x4)

1 - Louange à Dieu, Très-Haut Seigneur,
Pour la beauté de ses exploits :
Par la musique et par nos voix,
Louange à Lui dans les hauteurs !

2 - Louange à lui, puissance, honneur,
Pour les actions de son amour :
Au son du cor et du tambour,
Louange à Lui pour sa grandeur !

                                               R/ Alléluia, alléluia (x4)

3 - Tout vient de lui, tout est pour lui :
Harpes, cithares, louez-le.
Cordes et flûtes, chantez-le :
Que tout vivant le glorifie !

4 – L’oiseau reçoit sa nourriture,
La fleur se pare de beauté ;
Tu aimes toute créature,
Tu sais le prix de nos années.   

                                            R/ Alléluia, alléluia (x4)

5 – Louange à Dieu dans sa demeure,

Louez son œuvre de vaillance,
alléluia, alléluia,

Louange à Lui dans la grandeur.

5 – Sans fin, Seigneur, Dieu notre Père,
Sans fin, Seigneur, nous te louerons :
La terre exulte d’allégresse ;
Béni sois-tu, Dieu des vivants !

                                              R/ Alléluia, alléluia (x4)

Rite pénitentiel :               Kyrie eleison  (messe de St Paul)

Gloire à Dieu          (messe festive d’Isabelle Fontaine)            

Liturgie de la Parole

 

1ère lecture :            du Livre de la Sagesse 13, 1-5

 

          Ils sont inconsistants, tous ces gens qui restent dans l’ignorance de Dieu :
à partir de ce qu’ils voient de bon, ils n’ont pas été capables de connaître Celui qui est ;
en examinant ses œuvres, ils n’ont pas reconnu l’Artisan. Mais c’est le feu, le vent, la brise légère, la ronde des étoiles, la violence des flots, les luminaires du ciel gouvernant le cours du monde, qu’ils ont regardés comme des dieux.
          S’ils les ont pris pour des dieux, sous le charme de leur beauté, ils doivent savoir combien le Maître de ces choses leur est supérieur, car l’Auteur même de la beauté est leur créateur. Et si c’est leur puissance et leur efficacité qui les ont frappés, ils doivent comprendre, à partir de ces choses, combien est plus puissant Celui qui les a faites. Car à travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur.

 

Psaume 148       Chante au Seigneur toute la terre, chante au Seigneur Alléluia !

Louez le Seigneur du haut des cieux,
louez-le dans les hauteurs.

Vous, tous ses anges, louez-le,
louez-le, tous les univers.

Louez-le, soleil et lune,
louez-le, tous les astres de lumière ;

vous, cieux des cieux, louez-le,
et les eaux des hauteurs des cieux.

Qu'ils louent le nom du Seigneur :
sur son ordre ils furent créés ;

c'est lui qui les posa pour toujours
sous une loi qui ne passera pas.

Louez le Seigneur depuis la terre,
monstres marins, tous les abîmes ;

feu et grêle, neige et brouillard,
vent d'ouragan qui accomplis sa parole ;

les arbres des vergers, tous les cèdres ;
Les montagnes et toutes les collines,

les bêtes sauvages et tous les troupeaux,
le reptile et l'oiseau qui vole ;

tous les jeunes gens et jeunes filles,
les vieillards comme les enfants.

Qu'ils louent le nom du Seigneur,
le seul au-dessus de tout nom ;

2ème lecture :       de la lettre de St Paul aux Romains    8, 18-23

          Frères, j’estime, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu.
Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.
Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.

Alléluia dit « Polonais »

Evangile de Jésus Christ selon St Matthieu   6, 24-34.

 

          Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.  
          C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux. Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
          Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine.

OFFERTOIRE

Prière pour le pain :
Seigneur, Père très bon, nous apportons à ton autel ce pain que tu nous donnes. Il symbolise aussi tout ce que les hommes produisent pour entretenir leur vie ici-bas, refaire leurs forces et celles de ceux dont ils ont la charge : conjoint, enfants, personnes malades, personnes âgées. Dans ce peu de pain se trouve concentré un immense réseau de personnes qui ont travaillé, réfléchi, agi, peiné, parfois souffert, pour que le blé monte et qu’il devienne ici du pain. En en faisant le Corps de ton Fils bien-aimé, renouvelle-nous dans l’engagement à faire de notre cosmos une « maison commune » pour tous.

Prière pour le vin :
Seigneur, Père très bon, nous apportons à ton autel ce vin que tu nous donnes. Il concentre un immense savoir-faire des hommes et la saveur des terroirs. Grâce à lui, les hommes entrent dans une joie plus grande qu’eux. En en faisant le Sang de ton Fils bien-aimé, garde-nous d’être cause de tristesse pour les autres, ouvre nos cœurs à ceux qui sont dans la solitude et la peine, renouvelle-nous dans l’engagement à faire de notre cosmos une « maison commune » pour tous.

Louange Eucharistique :                                  

                     Sanctus, sanctus, sanctus Dominus, Dominus Deus Sabaoth !

                     Pleni sunt caeli et terra gloria tua            Hosanna in excelcis (bis)

                     Benedictus qui venit in Nomine Domini. Hosanna in excelcis (bis)

Chant de la fraction :

Agnus Dei qui tollis peccata mundi, Miserere nobis, miserere nobis.
Agnus Dei qui tollis peccata mundi,   Dona nobis pacem, dona nobis pacem.

Après la communion :

Le Seigneur fit pour moi des merveilles et mon cœur exulte  de joie .

En ma chair s’accomplit la Promesse, alléluia, alléluia.

 

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent ;
Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël, son serviteur,
il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

 

 

Article publié par Réseau Laudato Si' • Publié le Mercredi 25 septembre 2019 • 107 visites

keyboard_arrow_up