Retour sur les rogations à Rosult- 1° mai 2024

Le soleil était au rendez-vous pour cette 2° édition des rogations à Rosult, et c’est plus d’une centaine de personnes qui ont vécu cette belle procession dans les champs, en priant et chantant.

Le soleil était au rendez-vous pour cette 2° édition des rogations à Rosult, et c’est plus d’une centaine de personnes qui ont vécu cette belle procession dans les champs, en priant et chantant. Guidés par le Père Yves Spriet et par les étapes proposées par Jean-Jacques et son équipe tout au long du parcours, nous avons pu entrer dans la démarche spirituelle : accueillir la Création comme don de Dieu et rendre grâce, reconnaitre nos péchés envers la Création et discerner des chemins de conversion, demander à Dieu sa bénédiction et sa protection sur la Création et sur notre vie ensemble.

La belle messe qui a suivi, a été célébrée avec huit prêtres et trois diacres (!) dans une grange parfaitement aménagée et décorée avec soin. Le geste final de mélange des terres de jardin que nous avions apportées et leur bénédiction, avant de se les repartager, a donné tout son sens au thème abordé par le Père Yves dans son homélie « Passer de la concurrence à la coopération ».

Extraits de l’homélie d’Yves

« L’humanité, nous le savons bien, produit sans cesse des conflits, des guerres, du mal et de la souffrance…et ceci semble se développer actuellement. Notre foi, le message évangélique, propose un autre chemin guidé par la paix, l’Amour et la justice. Ce message, commun à l’agronomie et au Nouveau testament, est « Passer de la concurrence à la coopération ». Agriculteur conventionnel, on nous a appris à éliminer tout ce qui peut gêner la plante que l’on veut cultiver… ce qui a conduit, en monoculture répétée, à la mort des sols. Aujourd’hui, on redécouvre l’importance des coopérations dans le sol, pour développer sa vie et sa fertilité. Plus facile à dire qu’à faire ! C’est un combat social, économique et politique. Sur ce chemin, on peut s’émerveiller alors de la création, et de toute cette vie qui nous est donnée. Oui, c’est merveilleux que cette approche scientifique et notre foi se rejoignent !

Et déjà, dans notre eucharistie, les produits de la terre et du travail des hommes, le pain et le vin, deviennent signes de la vie de Dieu donnée, signes de Sa Présence parmi nous. 

A la fin de cette célébration, nous bénirons les terres apportées et mélangées, signes de cette coopération vivante dans les sols. »  

Bénédiction des « terres » : passer de la concurrence à la coopération

"Ce message que l’écologie intégrale nous a fait découvrir, nous allons le mettre en œuvre. Ces terres venues d’endroits différents et variés, que vous avez amenées, avec chacune sa spécificité : son taux d’argile, son taux d’humus, ses animaux, ses bactéries, ses champignons, qui la remplissent de vie, vont se mélanger les unes aux autres, vont s’enrichir les unes les autres. Ce mélange devient coopération, source de vie nouvelle… et par la bénédiction, nous reconnaissons Dieu comme origine de cette vie, comme l’énergie capable de dynamiser cette vie…"

« Dieu qui, dans ta providence dès le commencement du monde, as prescrit à la terre de produire l’herbe et des fruits de toute sorte, toi qui donnes au semeur la semence et le pain pour la nourriture, nous t’en prions : permets que cette terre, enrichie par ta largesse et cultivée par le travail des hommes, produise du fruit en abondance pour que ton peuple se réjouisse des biens que tu lui accordes et qu’il te rende grâce ici et dans l’éternité. Par Jésus Christ notre Seigneur, amen. » (Extrait du livre des Bénédictions p 230 ou du livret diocésain sur « Les rogations à la lumière de Laudato si » p 26. Ce livret  est disponible à la Maison du diocèse de Raismes- valeur 2 euros)

 

 

Article publié par Réseau Laudato Si' • Publié le Jeudi 02 mai 2024 • 327 visites

keyboard_arrow_up