Premier éditorial

Un Réseau est né …

En août 2018, la démission de Nicolas Hulot, alors Ministre de « la transition écologique et solidaire » a été pour beaucoup, dont je fais partie, un électrochoc. Et la sensation d’être « au pied du mur ». Le lendemain, le service communication de Cathocambrai ouvrait une rubrique sur le site, pour pouvoir écrire quelques méditations pour le « Temps pour la Création ».

La soirée du 23 avril 2019 à Raismes a permis de préciser et de fédérer les initiatives en route.  Plus de deux cents personnes, sont venues de tous les coins du diocèse, et de plus loin, avec la même préoccupation : la sauvegarde de notre maison commune. Ce soir-là, est né le «Réseau Laudato si’» du diocèse de Cambrai.

Depuis, l’actualité météorologique nous interroge … Au-delà des polémiques vaines et stériles, la réalité existe : par exemple, la sécheresse est en passe de devenir un réel problème, dans certaines régions de France (Creuse, Corrèze...), cet été, il n’y avait plus d’eau au robinet et ce sont des camions-citernes qui ravitaillaient les villes… La perte de la biodiversité (en France, 33% des populations d’oiseaux des milieux agricoles ont disparu en 30 ans, 26 % des espèces évaluées en 2018 en Métropole sont menacées *) est également une réalité. Le thème cette année de la Saison de la Création ( du 1° septembre – journée mondiale de prière pour la Création- au 4 octobre -fête de St François d’Assise-) était d’ailleurs la biodiversité ou plus exactement « Biodiversité : toucher et se laisser toucher, le réseau de la vie. »

La conscientisation de la société est en route, de plus en plus de personnes, et notamment des jeunes, s’engagent. Les églises aussi, dans un grand mouvement national et international : par exemple plus de 350 communautés sont engagées dans le Label Eglise Verte (œcuménique) en France, des diocèses nomment des délégués à l’écologie intégrale, des colloques, universités d’été, journées d’échanges et de formations se multiplient. Même les évêques – accompagnés par des laïcs - pour leur Assemblée plénière à Lourdes, se saisissent de la problématique !

Comme le dit le père Simonnin, prêtre délégué à l’écologie intégrale du diocèse de Lille, « les chrétiens devraient être à la pointe de ce combat pour l’écologie, véritable enjeu de la survie de notre humanité **».

Même s’il y a toujours « pire ailleurs », même si nous avons l’impression d’être une goutte d’eau dans un océan d’inertie, de déni de réalité et d’irresponsabilités, nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Surtout que nous avons la chance extraordinaire de ne pas être seul, d’être en église, avec des sœurs et frères, pour nous soutenir les uns les autres, partager nos joies et nos difficultés, oser changer nos modes de vie … 

Sur le diocèse de Cambrai, nous avons aussi la chance d’avoir des « témoins-pionniers » (voir les reportages). Des témoins passionnés, sur qui nous pouvons nous appuyer pour progresser nous-mêmes et faire progresser notre Eglise locale. Rendons grâce au Seigneur pour tous, pour le commencement de ce tissage de liens, modèle du réseau, et qui n’en est qu’au début. Nous ne sommes pas dans un « mouvement écologiste » de plus, mais un regard chrétien sur l’écologie, dans une Eglise se préoccupant du bien commun, dans le cadre d’une écologie intégrale, puisque « TOUT EST LIE » : la sauvegarde de la création, l’engagement pour la justice sociale et le respect de la vie humaine.

Le 23 avril, un Réseau diocésain est né. Vous n’avez pas pu venir, ou vous hésitez encore…Vous êtes peut-être aussi déjà engagés dans des mouvements ou associations écologistes, mais vous souhaitez vivre cet engagement de façon chrétienne … chacun a sa place et peut apporter ce qu’il est, ce qu’il sait et recevoir des autres tout autant… rejoignez-nous ! Nous pouvons faire notre part, avec courage et persévérance, marcher dans l’Espérance, en gardant la certitude que le Seigneur ne nous abandonne pas (Laudato si’ § 245)

Laudato si’ § 212. « Il ne faut pas penser que ces efforts ne vont pas changer le monde. Ces actions répandent dans la société un bien qui produit toujours des fruits au-delà de ce que l’on peut constater, parce qu’elles suscitent sur cette terre un bien qui tend à se répandre toujours, parfois de façon invisible. En outre, le développement de ces comportements nous redonne le sentiment de notre propre dignité, il nous porte à une plus grande profondeur de vie, il nous permet de faire l’expérience du fait qu’il vaut la peine de passer en ce monde ».

« L’écologie chrétienne rend sa dignité à l’homme parce qu’elle lui rend sa vraie place, sa place extraordinaire de Fils héritier de l’œuvre du Père » Fr Yves Combeau O.P.

Bel Avent et joyeux Noël ! Préparons-nous à accueillir Celui "en qui tout fut créé"... Qu'Il vienne au plus profond de nos coeurs nous re-créer...

                                                   Bernadette Hautcoeur- Coordonnatrice diocésaine du Réseau Laudato Si’

sources : * Ministère de la transition écologique et solidaire

** la Croix, 17 septembre 2018

Article publié par Réseau Laudato Si' • Publié le Vendredi 08 novembre 2019 • 101 visites

keyboard_arrow_up